• Depuis leur formation en 1977 dans la ville galloise de Rhyl (sous le nom curieux de The Toilets qui deviendra judicieusement en 1981 The Alarm en hommage à leurs « grands frères » U2), The Alarm a vendu six millions d'albums et a réussi à enregistrer 17 singles dans le Top 50 au Royaume-Uni. On retiendra entre autres The Stand, Sixty-Eight Guns, Unsafe Building ou Where Were You Hiding When The Storm Broke. 2018 marque leur grand retour avec la sortie de Equals, un grand album pêchu et combatif qui fait un bien fou.

     

     

    equals

    En 1991, Mike Peters, Dave Sharp, Eddie MacDonald et Nigel Twist, les membres d’origine, décident de se séparer pour permettre notamment à Mike et Dave de se lancer dans une carrière solo. Re-formation progressive du groupe en 1999, où un projet intitulé The Poppy Fields Bond leur a permis de publier cinq CDs en autant de mois en 2003, ce qui n’est pas une mince affaire. Mais Mike Peters devra traverser un certain nombre de fortes épreuves dans sa vie. Ayant guéri d'un cancer de la lymphe en 1996, une forme rare de leucémie lui a été diagnostiquée en 2005 et, après une première guérison, il fait une rechute en 2015. Pour ajouter à une situation déjà bien difficile, son épouse Jules, qui joue du piano et fait des chœurs pour le groupe, a ensuite été diagnostiqué d’un cancer du sein peu de temps après. Le groupe cesse alors toute activité pendant leurs traitements. Heureusement, ils sont maintenant en rémission et retrouvent ensemble The Alarm avec ce dernier album Equals, premier album depuis Direct Action en 2010 qui sent le combat, la lutte pour la vie, et la foi en Dieu.

    THE ALARM... Mike 

    Avec Two Rivers, premier titre de l’album, on retrouve immédiatement le grain et la passion dans la voix de Mike Peters. Une rythmique percutante comme The Alarm sait si bien le faire, une mélodie riche et l’apport de synthés plus pop même si l’essentiel tourne au son des guitares. 

     

    Puis Beautiful arrive dans le plus pur style du groupe. Et dans la mise en perspective de l’histoire personnelle de Mike, cette chanson devient un hymne au courage et à la vie en parlant de résilience, de gratitude coute que coute : “Tout ce que j'avais est parti… mais tout est magnifique ce soir”. Et ce combat pour la vie revient immédiatement derrière avec Coming Backwards où la voix de Billy Duffy de The Cult vient rejoindre celle de Mike avec brio. Puis Transatlantic qui commence en douceur avec une partie très mélodique et une voix plus douce, un piano et toujours une rythmique grandiloquente pour finalement se diriger vers un refrain explosif.

     

    Et les titres s’enchainent, 11 au total, avec par exemple Peace Now qui fait référence à Another Brick in the Wall des Floyd et où l’harmonica se régale façon nostalgique de Sixty-Eight Guns. Une puissante chanson pacifiste interprétée à la Bono... "Pas de guitare dans la machine de guerre, mon ampli va noyer votre discours.Vous appelez aux armes, je ne vais pas acquiescer. Je frappe sur ma batterie au nom de la paix ". Et puis des sons électros s’ajoutent sur plusieurs titres sans faire perdre l’essence rock’n roll du son de The Alarm. Comme dans Thirteen Dead Reindeer avec un gimmick fait d’une boucle synthés rappelant certaines utilisations de Supertramp

     

    Mention spéciale au 9ème morceau, Cenotaph, qui contient elle-aussi une boucle électronique d'arrière-plan qui ajoute vraiment à cette chanson empreinte de sensualité avec des guitares croustillantes. Mais c’est surtout le texte qui interpelle, qui touche et où Mike confesse avec intensité et émotion : « J'espère et je prie le Dieu d’amour qui est à mes côtés... J'ai de la morphine pour la douleur et une croix blanche pour la tombe, en attendant que le Dieu de paix me sauve... Je me prépare pour la fin et le temps qu'il reste. J'ai fait mon testament. Par le sang, je reviendrai... Je marche avec le Dieu de la grâce à mes côtés... Si vous voulez la paix, préparez-vous à la guerre. »

    THE ALARM... PLUS FORT QUE LA MORT !

    Enfin l’album se termine en apothéose avecTomorrow, résumant parfaitement bien l’ensemble de l’album : détermination positive et triomphe de l’esprit indomptable du groupe face aux difficultés de la vie ! Whaou...

     

    Maintient cette pensée

    Ne la laisse pas filer

    Mets de côté toute l'énergie négative

    Reste vrai, reste fort

    Quoi que tu penses être aujourd'hui

    Tu peux l’être demain

     

    N'abandonne pas le combat

    Ne pas tout donner

    Ne pas reculer

    Vivre pour un autre jour

    Reste libre, reste en vie !

     

    Garde cette pensée

    Il est temps de la libérer

    Libérer tout ce qui est énergie positive

     

     


    1 commentaire
  • Du vendredi 5 au mardi 16 octobre 2018, la galerie parisienne « Le Pavé d’Orsay » accueille l’artiste Nathalie MURON pour une magnifique exposition intitulée « Face à face »

     

    Peintre plasticienne diplômée de l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Nathalie Muron vit et travaille à Paris où elle enseigne notamment à l’école d’Art du Louvre.

    Nathalie Muron portrait 

    Avec une série de grands formats en couleur, Nathalie Muron donne une fraîcheur contemporaine à un genre ancien : la peinture de portrait. Les yeux dans le vague ou rivés à leur téléphone, l’air songeur, boudeur ou mélancolique, les sujets ne nous regardent pas, pas plus qu’ils ne posent pour l’artiste et pourtant leur présence est magnétique. Instantanés saisis dans l’intimité mais dignes d’une série de mode sur papier glacé, figures à la fois éthérées et absorbées par les gestes quotidiens de leur journée, stylisés et parfois comme inachevés, ces portraits énigmatiques ne sont pas tant le reflet de notre époque que celui d’une génération. Comme les éphèbes à la beauté flamboyante d’Elisabeth Peyton ou les indolents désenchantés de Paul Verlaine, c’est une vision poignante de cet âge mystérieux et douloureux que nous offre à travers eux Nathalie Muron.

     

    À noter que la galerie « Le Pavé d’Orsay » située 48, rue de Lille à Paris, se prête magnifiquement à l’exposition. Espace, clarté et lumière adéquate pour se promener et s’arrêter devant chaque œuvre. Se laisser toucher, prendre plaisir devant le beau… on en ressort conquis et ravi.

     

    Face à face   Face à face

    EXPOSITION :
    du vendredi 5 au mardi 16 octobre 2018
    Tous les jours de 13h à 18h
    Fermé le mercredi et le dimanche.

    www.lepavedorsay.org 

     

     


    votre commentaire
  • L’écrivain Michel Embareck est un véritable amoureux du rock. Journaliste notamment pour Best, Rolling Stone et Libération dans les années 70-80, il surfe sur le sujet et sur ses icones avec dextérité et, ce que j’appellerai, une certaine grâce. Grâce brute et parfois décapante, qui lui confère un charme particulier qui fleure bon finalement avec les ambiances embrumées de ses récits. Son dernier, justement, « Bob Dylan et le rôdeur de minuit », sous la forme d’un partiel roman épistolaire, nous entraine dans une amitié captivante et pas tout à fait comme les autres, celle de Bob Dylan et Johnny Cash.

     

    LIVRE BOB DYLAN ET LE RODEUR DE MINUIT

     

    Si cette amitié est avérée, le terme roman a tout son sens ici. Car, en dehors de quelques déclarations, images d’archives, et une session de titres enregistrée par les deux artistes, la longue correspondance entre Bob Dylan et Johnny Cash que nous révèle Michel Embareck est fictive. Mais celle-ci semble tellement réelle que l’on y adhère sans peine avec joie et, presque, voyeurisme revendiqué. L’auteur part du principe que, en citant en préambule Victor Boudreaux : “Quand la véritable histoire tient en une poignée de lignes, ne reste qu’à en inventer le roman”. Et sur cette base, il nous entraine dans une fabuleuse aventure rock’n rollesque dans l’espace et le temps. Car il y a ces fameuses lettres mais il y a bien plus encore...

     

    Ici, de 1963 à 2016 - année du prix Nobel de littérature attribué à Dylan - et pas forcément de façon linéaire, les faits réels alimentent la fiction. On croise ainsi des grands noms de l’histoire américaine et de la musique... Martin Luther King, Popcorn Sutter, prince des trafiquants d'alcool clandestin, un Richard Nixon fêlé, un Elvis pas à son meilleur, Joan Baez, les Beatles, Kris Kristofferson, June Carter et régulièrement Alice Cooper qui incarne une certaine voix de la sagesse. Et tout ça entre New York, Nashville, Saïgon et Paris... Une histoire sans cesse donc rythmée des réflexions du Midnight Rambler et de sa propre histoire, cet animateur radio vétéran des grandes heures du rock, « le Rôdeur de minuit », une sorte de double imaginaire de l’auteur, qui ici se trouvait en 1965 à Newport lorsque Dylan fit scandale chez les folkeux en « branchant » sa guitare, et en janvier 1968 à la prison de Folsom lors du mythique concert de Cash.

     

    Et ce n’est pas fini, car derrière ces échanges de lettres et ces chapitres romanesques, savoureux et parfois très drôles, se profilent de vraies réflexions profondes sur la vie, ou plus encore... le sens de la vie et, bien sûr inévitablement, de la mort ! C’est le temps qui passe, ce sont les choses qui comptent véritablement, il y a des histoires d’amour, des occasions manquées et il y a Dieu... car il faut l’avouer, tant chez Cash que chez Dylan, et quelques soient leurs itinéraires tortueux et parfois bien sombres, se dégagent constamment des flashs de lumière qui sont marqués par la foi. 

    bob et Johnny 

    Voilà, de quoi je l’espère, vous donner envie... envie de lire « Bob Dylan et le rôdeur de minuit »... envie de vous embarquer dans ce récit magnifique sous la plume experte de Michel Embareck.

     

    Retrouvez la fiche complète avec extrait et vidéo de l'auteur sur le site des Éditions L'Archipel

     


    votre commentaire
  • Aretha Franklin, la somptueuse reine de la Soul a tiré sa révérence ce 16 août 2018. La diva de la musique contemporaine âgée de 76 ans luttait contre un cancer du pancréas depuis déjà huit ans. 

     

    Aretha Franklin

     

    Une femme naturelle à la carrière sur-naturelle pour faire écho à l’un de ses titres légendaires. Elle restera en effet l'artiste féminine ayant vendu le plus de vinyles de l'Histoire, l'une des chanteuses les plus célèbres et les plus influentes, un modèle de réussite pour beaucoup de femmes et une véritable icône afro américaine. Avec 18 Grammys Awards, un Golden Globe, son étoile sur le Hollywood Walk of Fame, une médaille présidentielle de la liberté (la plus haute distinction américaine pour un civil), des diplômes honorifiques des plus prestigieuses universités de son pays : Princeton, Yale, Harvard, Brown... elle sera aussi la première femme à intégrer le Rock and Roll Hall of Fame.  

     

    Mais avant d’en arriver là, tout a commencé à l’Église avec sa famille. Aretha Louise Franklin est née en 1942 à Memphis (Tennessee) dans un milieu on ne peut plus imprégné de culture baptiste : Son père, Clarence LaVaughn Franklin est d’ailleurs un pasteur baptiste renommé, mais également un militant des droits civiques. Quant à sa mère, Barbara, elle est chanteuse de gospel. Aretha et ses sœurs, Carolyn et Emma, chantent alors logiquement à la New Bethel Baptist Church de Détroit dans la chorale de leur père. C’est là que sa voix se forge, que l’émotion se construit… et même si la vie n’est pas simple chez les Franklin, la foi en Dieu est une constante et elle le restera d’ailleurs jusqu’au bout. Sa mère étant largement absente, ce sont des nounous occasionnelles qui passent à la maison comme la chanteuse de gospel Mahalia Jackson. Sam Cooke est un invité récurent et Martin Luther King un habitué. Le 6 février 1968, Aretha recevra d’ailleurs le prix d’une ligue chrétienne qui lui sera remis directement par le pasteur, quelques semaines seulement avant son assassinat. 

    Aretha et MLK

     

    C’est naturellement avec un album de Gospel, « Song of Faith » en 1956, que la jeune Aretha se fait connaitre. Et puis, très vite, elle signe chez Columbia avec la bénédiction de son père, puis par la suite avec Atlantic. Sa carrière est lancée et elle ne connaitra aucun frein. À côté de cette vie de star et des péripéties qui l’accompagnent, son espérance en Christ ne s’éteindra pas et sera sans doute l’une de ses grandes forces. Elle reviendra d’ailleurs régulièrement au Gospel, au travers de concerts, de duos et d’un album exceptionnel, « Amazing Grace » en 1972. Elle vivra aussi son long combat contre la maladie de 2010 à 2018 pétrie de foi dans l’action miraculeuse de son Dieu.

     

    Les artistes et personnalités de tous milieux font depuis l’annonce de son décès des éloges de cette artiste exceptionnelle. Rien d’étonnant car elle a clairement influencé la musique contemporaine dans son immense diversité. Avec Aretha pas de clan ou de genre exclusif. Sa voix et son message ont été (et seront encore longtemps) un moteur pour des générations de chanteurs et musiciens. Alors bien évidemment, le monde du Gospel d’autant plus… mais aussi sans doute tous ces artistes qui considèrent la musique et l’art plus généralement comme une expression pouvant autant servir à se tourner vers l’Auteur de notre foi qu’à partager cette Bonne Nouvelle à tous les hommes et devenir, encore plus largement, une simple parole porteuse de joie, de vie et bien sûr d’espérance. Une autre image que me laisse Aretha comme exemple, c’est le rappel que la foi pose clairement des bases de vie, de pensée, d’attitudes… mais elle nécessite aussi de se matérialiser dans des actes. Aretha a su le démontrer dans ses nombreux engagements, devenant combats parfois, tant pour les droits civiques par exemple, que pour la situation des femmes et le « Respect » nécessaire. Une militante de l’amour et de la fraternité… qualité qui s’est sans doute développée grâce à son héritage baptiste, une confession protestante connue comme « Une Église professante et militante » comme la qualifie l’historien et sociologue Sébastien Fath.

     

    Aretha Franklin nous a donc laissé, mais sa voix résonnera encore et encore ici-bas. Et nul doute, que là-haut, cette voix saura aussi swinguer, groover et s’ajouter au chœur des anges qui trouvent avec elle une soliste de premier choix. 

    Adieu donc Aretha... je garde ta voix dans mon cœur et mes oreilles... et je suis partant pour la réécouter là-haut bientôt... et pourquoi pas me tenter un duo (on peut imaginer que tout y sera bonifié…). 


    votre commentaire
  • Retrouvez la version vidéo sur ma chaîne Youtube  

    Aujourd’hui, c’est d’un livre dont je vous parle, enfin d’une véritable somme de 516 pages à classer sans nul doute dans le rayon encyclopédie. Un travail considérable donc, réalisé par Bruno de Seguins Pazzis, qui se penche ici sur la relation entre christianisme et cinéma, et qui évidemment ne pouvait me laisser insensible.

    quand le christianisme fait son cinéma

    Alors sans attendre davantage, un grand bravo à Bruno de Seguins Pazzis, car il fallait le faire ! Quand le christianisme fait son cinéma est un ouvrage référence où l’auteur, ne revendiquant humblement aucune exhaustivité, trace un tableau exceptionnel des relations entre le septième art et les religions chrétiennes avec une emphase certaine vis-à-vis du catholicisme. De Jérusalem au Vatican, en passant par Jésus, Marie, les saints, les anges, les figures de l’Église, le diable, l’enfer ou encore le paradis, c’est plus de 1 200 films qui sont ici répertoriés et commentés. Chacun des chapitres, 13 au total, correspond à un thème particulier avec analyse des films, depuis les origines du cinéma jusqu’à 2017, commentaires, anecdotes et à la fin de chaque chapitre, une liste chronologique des films ayant trait au thème concerné avec le nom du réalisateur, l’année de sa sortie et le pays d’origine.

    liste films

    Vous l’aurez compris, l’intérêt fondamental de cet ouvrage est l’abondance de l’information qu’il fournit et qui passionnera sans aucun doute les cinéphiles et tous ceux plus particulièrement qui s’intéresse aux relations entre culture et spiritualité. Le classement proposé n’est pas forcément original mais en tout cas bien pratique pour une recherche particulière. Mais précisons aussi que l’auteur approfondit la question sur ses deux derniers chapitres, en élargissant son sujet à « La métaphore chrétienne au cinéma» puis posant la question « Quel avenir pour un cinéma chrétien ? », interrogation on ne peut plus d’actualité dans cette période de profusion de sortie de films à thématiques spirituelles et parfois ouvertement identifiés comme « cinéma chrétien ».

    Dans l’avant dernier chapitre donc, Bruno de Seguins Pazzis analyse un certain nombre d’œuvres cinématographiques pour observer des références chrétiennes, lire au de-delà des apparences telle ou telle autre perspective faisant écho à la foi, interrogeant le spectateur croyant. Comme le précise l’auteur, cette question de la métaphore chrétienne au cinéma justifierai à elle seule un livre entier du même acabit. Alors ce ne sont donc que quelques exemples plutôt évidents qui sont proposés mais qui ouvrent malgré tout, en particulier pour le lecteur qui n’a pas cette habitude, à la possibilité de poser un autre regard sur les films. Alors c’est par exemple un western de John Ford, Le fils du désert de 1948, présenté comme une parabole sur la rédemption et le sacrifice. C’est aussi, plus près de nous, Le fils de Joseph d’Eugène Green en 2015, métaphore de la Sainte famille servant à mener à une réflexion fondamentale évangélique, provocatrice et à contre-courant à l’égard de notre société post-moderne. Ou bien encore les adaptation cinéma de Narnia, L’Odysée de Pi d’Ang Lee ou le Leviathan d’Andreï Zviaguintsev pour n’en citer que quelques-uns.

    Et puis enfin, il y a ce dernier chapitre sur l’avenir d’un cinéma chrétien dans lequel l’auteur promeut des productions clairement porteuses de valeurs, évoquant un langage cinématographique religieux ou plus précisément chrétien et en s’appuyant sur cinq films plus spécifiquement :Cristeros de Dean Wright en 2012, Sophie Scholl de Marc Rothemund en 2005 que l’auteur qualifie de film incandescent et bouleversant, Marie Heurtin de Jean-Pierre Améris en 2014, L’Apôtre de Cheyenne Carron toujours en 2014 et La Ligne rouge de Terrence Malick en 1998. Ces exemples illustrent pour Bruno de Seguins Pazzis, et je le cite, qu’ « il est possible par des moyens très différents, dans des styles également très divers, de réaliser des films au contenu profond, délicat et riche de sens, pour parler finalement des vertus qui doivent guider l’homme dans ses rapports avec le monde, son prochain et Dieu, les vertus théologales de Foi, d’Espérance et de Charité ».

    métaphore cinéma christianisme   cinéma chrétien

    Vous l’avez compris, cet ouvrage est remarquable par son ampleur et le travail fournit. Je soulignerai néanmoins un aspect qui peut être parfois dérangeant et qui est, semble-t-il, un parti pris assumé de l’auteur. Bruno de Seguins Pazzis ne se contente pas d’être descriptif, il donne toujours son opinion sur le film qu’il commente… Soit, mais avec une certaine radicalité, et un avis souvent très tranché pouvant paraitre excessif. Rapidement, on comprend notamment qu’il supporte difficilement l’humour, l’approche comédie voir un peu provocante sur les questions de foi et de religion. Ce qui personnellement me déçoit, je dois l’avouer. Et de même, le fait de s’éloigner des textes et ouvrir à l’imaginaire, en ce qui concerne les adaptations cinématographiques de personnages bibliques, n’est franchement pas sa tasse de thé. Il est intéressant d’entendre ses raisons, mais plus difficilement acceptable d’en faire un jugement qualitatif. Enfin, dernier bémol personnel, sur les convictions catholiques qui prennent le pas parfois sur une approche chrétienne plus étendue et qui aurait rendu cette immense restitution encore plus intéressante. Mais rien n’est parfait en ce bas monde… et le résultat néanmoins est plus que satisfaisant et mérite clairement de dépenser quelque 29 euros quand on aime le cinéma et que les questions spirituelles aussi nous taraudent.

    « Quand le christianisme fait son cinéma » Bruno de Seguins Pazzis aux éditions du Cerf, 29 €

    À retrouver notamment au catalogue de la Librairie 7ici.

    https://librairie-7ici.com/13062-quand-le-christianisme-fait-son-cinema.html

    https://librairie-7ici.com/blog/quand-le-christianisme-fait-son-cinema-n311

     

     LE CERF7 ICI

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique