• PORTRAIT ROBERT K. JOHNSTON

     

    Robert K. Johnston, professeur de théologie et de culture au Séminaire théologique Fuller à Passadena (Californie), est co-directeur de l’Institut du Fuller’s Reel Spirituality. Il est l’auteur ou l'éditeur d’une quinzaine de livres et également le co-éditeur des collections Engaging Culture and Exegeting Culture auprès de Baker Academic Books. Président honoraire de la Société américaine de théologie et bénéficiaire de deux bourses de recherche majeures de la Fondation Luce, Robert Johnston est un ministre de l’Evangelical Covenant Church. Membre du jury œcuménique à Locarno en 2017.

    ROBERT K. JOHNSTON

    Comment abordez-vous ce Jury œcuménique à Cannes ? Quelles sont vos envies, espérances ?

    Jusqu'à l'année dernière, je n'avais jamais eu le privilège de faire partie d'un Jury œcuménique, jusqu’à participer à celui de Locarno. En regardant les films de la compétition lors de ce festival, avec mes collègues du Jury œcuménique, j'ai appris à quel point il est intéressant de voir et de discuter de deux douzaines de films avec des personnes qui aiment à la fois le cinéma et Jésus. C'est avec ces deux mêmes amours que je viens à Cannes, désireux d'avoir ma compréhension de la vie élargie à la fois par les histoires des films qui seront projetés et par les idées de mes collègues qui m’accompagnent. J'espère aussi que par nos choix de Jury, nous pourrons aider à ce que le ou les films choisis parlent aux esprits de chacun, leur offre d’approfondir leur foi, espoirs et amours.

    Comment le cinéma a pris de l’importance dans votre vie ?

    Les films me permettent de faire l'expérience de ce que j’appelle une « coupe transversale » plus large de la vie que je ne serais autrement capable de voir. Comme les histoires sur l’écran croisent mon histoire et l'histoire de Dieu, je suis plus à même de comprendre la vérité, la beauté et la bonté de la vie (ou son manque tragique). Et peut-être plus en capacité de le ressentir.

    Quels sont les 3 films majeurs pour vous personnellement ?

    Quand j'étais à l'université, je suis allé voir Becket, avec Richard Burton et Peter O'Toole. En voyant l'ancien buveur du roi, Thomas a'Becket, prendre au sérieux sa nouvelle responsabilité d'archevêque dans l'obéissance à Dieu, j'ai reconnu que Dieu me demandait aussi de répondre à son appel comme ministre protestant. Je n'avais pas d'abord besoin de devenir une personne exemplaire; J'avais seulement besoin d'être disposé à obéir à l'appel de Dieu. Quand j'ai vu La vie est belle, mes filles avaient grandi. L'amour inconditionnel du père pour son fils (il ferait n'importe quoi pour Joshua), m'a aidé à comprendre personnellement ce que devrait être un « père », ce que j'aurais mieux aimé être en tant que père et être encore. Et même si la vie personnelle de Kevin Spacey a rendu la re-vision d'American Beauty difficile, voire impossible, mes premières projections multiples de ce film avec ses thèmes similaires au livre de l'Ecclésiaste ont profondément creusé mon âme. Le sens de ma vie ne vient pas de ce que je peux accomplir. Après tout, nous allons tous mourir. Mais le don de la vie et les relations qu'elle apporte sont précieux et pleins d'émerveillement.

    ROBERT K. JOHNSTON Jury œcuménique

    Qu’est-ce que, pour vous, un bon film ?

    Au cinéma, l'histoire règne en maître. L'excellence technique est évidemment une condition préalable, mais cela ne suffit pas. L'histoire d'un film doit être en mesure de se connecter avec les histoires de ses spectateurs. Un bon film doit être intellectuellement satisfaisant (il doit en quelque sorte être fidèle à la vie, même si c'est un fantasme), émotionnel (le spectateur doit se soucier des personnages à l'écran) et être visiblement accrocheur. Quand la tête, le cœur et les tripes d'un spectateur sont touchés par une histoire à l'écran, alors ce film est réussi.

    De quelle façon abordez-vous la question « spirituelle » ou « chrétienne » dans votre rapport au cinéma ?

    Le tournant post-séculaire de l'Occident au cours des vingt dernières années a conduit à un nombre croissant de films explicitement spirituels dans l'intrigue ou le thème. Et certains d'entre eux sont même explicitement "chrétiens". Mais si ces films sont peut-être les plus évidents pour évoquer des films qui invitent au dialogue religieux, un tel dialogue ne se limite pas à ces films thématiques. Tout film qui parle à l'esprit humain - tout film, c'est-à-dire qui égratigne la vérité, la beauté et la bonté de la vie, ou son absence - est un film qui invite les spectateurs à converser en tant qu'êtres spirituels. Un tel dialogue peut être fait d'une perspective explicitement théologique, la théologie chrétienne étant la lentille à travers laquelle une histoire est comprise. Ou cela peut être fait à partir d'une perspective spirituelle plus générale, alors que les histoires poussent vers l'extérieur pour transcender leurs particularités.

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :