• SPIDEY... RETOUR GAGNANT !

    Événement ce mercredi 12 juillet 2017, avec la sortie française du nouveau Spider-Man Homecoming. Après une entente avec Sony - qui possède les droits sur la franchise -, le studio Marvel a pu ramener dans son giron l'homme-araignée, et proposer en 15 ans une troisième adaptation cinématographique de son histoire après la trilogie de Sam Raimi et le diptyque de Marc Webb. Osé, risqué même… mais résultat plutôt vraiment réussi, donnant un élan nouveau et rafraîchissant à l'un des personnages les plus populaires de la Marvel.

    SPIDERMAN HOMECOMING AFFICHE

    Après ses spectaculaires débuts dans Captain America : Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man, le super-héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s’efforce de reprendre sa vie d’avant, mais au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu’il est plus que le sympathique super héros du quartier. L’apparition d’un nouvel ennemi, le Vautour, va mettre en danger tout ce qui compte pour lui...

    Spider-Man Homecoming nous offre le récit du héros en introduisant une dynamique qui manquait sans doute aux franchises Spider-Man jusqu’à présent. Un doux mélange des épreuves et tribulations de la vie du jeune Peter Parker, avec notamment les dangers liés au fait d’être un super-héros, mais avec également une ouverture plus large en introduisant l’univers des Avengers présent tout au long du film. L’autre point fort se situe dans la psychologie du personnage marqué par la simplicité et la franchise. Un super-teenager-héros, en quelque sorte, qui découvre ses nouvelles capacités et qui se sent alors l’âme d’un sauveur dont la mission dépasserait le cadre réduit de son quartier. Et on entre dans le vif du sujet dès les premières images : Peter se sert de son portable pour filmer les choses extraordinaires qui lui arrivent, comme un ado d’aujourd’hui finalement. Clairement, l'une des réussites du film se trouve là, dans cette excellente captation de l'enthousiasme juvénile de cet ado confronté au destin extraordinaire qui se présente à lui avec Tony Starck alias Iron Man. Pour les aficionados des Avengers, on se souviendra qu’on avait déjà pu s'en apercevoir dans les quelques scènes formidables de Captain America: Civil War, où Spidey faisait une entrée aussi tonitruante que drôle dans le « Marvel Cinematic Universe » (MCU). 

    Pour appuyer cette démarche c’est l’humour, donc, qui devient le carburant fondamental de cette version d’une des F1 de la BD et du cinéma, plus d’ailleurs que les effets spéciaux et les scènes vertigineuses. Et c’est un heureux choix, me semble-t-il, surtout que l’équilibre reste néanmoins tout à fait correct : On en prend plein les yeux quand il le faut mais on rigole surtout énormément sans tomber dans le grand burlesque. Tout est bien dosé !

    SPIDEY... RETOUR GAGNANT !

    Le réalisateur Jon Watts a su faire aussi les bons choix en terme de casting pour arriver à ses fins. Le jeune Britannique Tom Holland est parfait dans le rôle de Peter, l’incarnant à merveille dans sa jeunesse, sa candeur naïve, son sérieux, son ingénuité et son sens moral. Sa tante May est incarnée par la séduisante Marisa Tomei, qui rajeunit évidemment le personnage traditionnel. On se régale aussi avec Jacob Batalon, qui se glisse dans la peau du meilleur ami Ned et devient l’élément fraicheur incontournable.

    Et puis il y a Robert Downey Jr. ! Dire que l’acteur est bon est un doux pléonasme… mais c’est surtout le duo formé par Robert et Tom qui est force du long métrage. Une relation quasi père-fils qui fonctionne terriblement et qui devient une sorte d’écho à celle formée par Michael Keaton (Le terrible Vautour) et la très jolie Laura Harrier (alias Liz). À propos du Vautour, le grand méchant de l’épisode, il est aussi appréciable de ne pas en avoir fait une caricature diabolique, mais de laisser apercevoir ses qualités et faiblesses qui d’ailleurs parfois, comme dans la vraie vie, se recoupent.

    casting spiderman homecoming

    Alors, oui, Spider-Man Homecoming est avant tout autre chose un blockbuster de super-héros version teenagers qui cherche avant tout à divertir… et ça le fait grave ! Mais comme j’aime aussi souvent le faire remarquer dans ce genre d’occasion, on peut aussi aller plus loin et y voir de nombreuses thématiques qui se cachent (ou qui ne se cachent pas d’ailleurs aussi) derrière le scénario et la psychologie des personnages. Les relations humaines sont un enjeu primordial pour Peter, qui conduisent parfois à des dilemmes profonds dans les choix, les options qui se présentent devant nous. Il y a la notion d’apprentissage, de la patience, des risques de la facilité ou de la présomption qui nous guette particulièrement quand tout semble nous pousser vers le haut… Et Spidey nous conduit même à réfléchir sur le difficile équilibre entre pardon et justice, entre grâce et vengeance.

    En résumé, certains puristes risquent peut-être de faire la fine bouche (et ils en ont le droit… je n’en suis pas un d’ailleurs, il faut le préciser) en reprochant le manque de quelques éléments de l’histoire d’origine et de scènes d’actions mais Spider-Man Homecoming est pour moi (et pour beaucoup à en croire les échos d’après séance de presse) une vraie réussite qui redonne un nouvel élan au personnage dans sa « carrière » ciné. Ah, j’allais oublier… petit plaisir personnel aussi de réentendre le fameux générique de la série tv réadapté avec éclat pour l’occasion… bien joué !

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :