• TIMBUKTU... DÉNONCER L'HORREUR AVEC POÉSIE

    Le Festival de Cannes est l’occasion de découvrir chaque année un certain nombre de films issus de pays et traditions peu présents habituellement dans nos cinémas. Pourtant, en 2007, Abderrahmane Sissako, cinéaste franco-mauritanien, membre du jury présidé cette année là par Stephen Frears profitait de cette tribune pour fustiger la faible présence du cinéma africain dans le circuit festivalier. Cette année, honneur lui ait rendu avec Timbuktu, son deuxième long métrage, présenté dans la compétition officielle. 

    TIMBUKTU... DÉNONCER L'HORREUR AVEC POÉSIE

    Timbuktu, c’est le récit d’une ville du Nord Mali qui tombe sous le joug des extrémistes religieux.Non loin de là,  Kidane mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans. En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. La musique ne doit plus être entendue, les rires, les cigarettes et même le football sont désormais interdits… Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques. Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou. Mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement Amadou le pêcheur qui s’en est pris à GPS sa vache préférée. Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d’ailleurs…

    L'horreur du Djihad

    Premier choc émotionnel dès cette première journée de festival ! Abderrahmane Sissako frappe très fort en effet, avec un film plein d’émotion, de poésie, de couleurs et paysages sublimes pour dénoncer pourtant avec force la brutalité et la perversité d’un intégrisme religieux odieux. Et c’est justement ce qui fait tout le charme de ce long métrage qui marque les esprits.

    Là où le sang coule, là où les pierres tuent, là où la liberté est séquestrée, là où les coup de feu génèrent la peur avant même de conduire peut-être à la mort, là où les mots ne peuvent plus dire l’horreur… alors la poésie des gestes où l’invisible devient visible (quelle beauté ce match de football filmé au cœur de l’histoire… mais où le ballon n’existe plus mais se rêve, s’imagine simplement…), la poésie des images qui apportent lumière et bien-être (quelles soient celles de cette famille ensemble sous la tente, ou celles des couleurs de cette femme et de son coq ouvrant au sourire du spectateur), la poésie d’une voix de femme qui chante malgré tout sur son lit avant d’hurler sous les coups de fouet… alors cette poésie nous vient droit au cœur et devient plus forte que tout !

    Kidane et sa famille sous la tente

    Si Cannes est là pour nous faire souvent rêver, il est bon de pouvoir aussi y être interpellé, sans tomber pour autant dans des clichés qui auraient pu tout gâcher !


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :