• UN JOUR DE CHANCE

    Canal + m'a offert, cette semaine, l'occasion de découvrir un film espagnol de 2011 que je n'avais pas eu l'occasion de voir encore, "Un jour de chance". C'est sans aucun à-priori, ni même sans avoir regardé la thématique du film que je me suis installé devant la télévision...

    UN JOUR DE CHANCE

    Voici le pitch : Roberto, agent publicitaire sans travail, vient de passer plusieurs entretiens d'embauche sans le moindre succès. Déprimé, il décide de ne pas rentrer chez lui... Une nostalgie maladive l'incite à retrouver les lieux de ses premières semaines de mariage. Or, l'endroit est devenu un site de fouilles archéologiques. Au cours de sa promenade, Roberto finit par chuter dangereusement et se blesse grièvement au point d'être immobilisé...

    Finalement, cette histoire permet au réalisateur espagnol de nous livrer une satire sociale sur les dérives des médias mais plus généralement sur une société devenue hyper voyeuriste. Pour ce qui est de l'aspect cinématographique, ce film ne me laissera pas un souvenir inoubliable, même si certaines approches sont bien trouvées. On appréciera par exemple le choix de faire se dérouler la majeure partie du film dans une sorte d'arène romaine, avec un public représentant la société dans sa plus grande généralité avec ses yeux, ses smartphones, les flashs des appareils photos et autres caméras qui ont remplacé la plèbe romaine se délectant de la violence, du sang et de la mort. L'effet visuel recherché devient ainsi de plus en plus saisissant et développe un sentiment de gêne nous amenant à nous sentir nous-même partie prenante de cette foule quelque peu perverse. On regrettera par contre le choix du réalisateur d'osciller entre cette satire sociale et une sorte de farce burlesque, naviguant trop entre premier et second degré, entre cynisme total ou mélodrame naïf.

    Mais ce film a néanmoins le grand intérêt de nous donner une fois de plus à réfléchir sur ce à quoi nous sommes confronté chaque jour au travers des médias... Cette avidité permanente de réagir frénétiquement à l'événement, en plus encore quand le drame est présent. Regarder ce film aujourd'hui, à l'heure de l'emballement autour de Dieudonné (je ne m'aventurerai pas là à en parler d'avantage même si ce sombre personnage ne m'inspire que dégout et peine), à l'heure des paparazzades Élyséennes (entre autre), face à une trash-tv en plein développement, aux chaines info cherchant le scoop, le sensationnalisme, usant de logos catastrophiques et de musiques angoissantes pour faire monter la pression... et à toutes sortes d'autres choses mêlant voyeurisme, perversité, magouilles, bizness et misère sociale, vous donnera sans doute de vous poser et peut-être de chercher à vous positionner autrement, refusant d'être l'un de ceux qui lèveront ou baisseront le pouce à la fin du spectacle.

    Il y a d'autres attitudes possibles, d'autres chemins. Je le crois. Nous ne sommes pas pris dans une spirale infernale ou rien ne peut m'en sortir. Salma Hayek (l'épouse de Roberto qui refusera l'appât des euros dans cette sombre histoire) nous y invite et devient l'exemple à suivre... le refus de céder est une attitude glorieuse quand le courant vous emporte vers la destruction. C'est un défi qui nous est lancé chaque jour... très similaire finalement à celui que le Christ nous lance lui-aussi en nous appelant à marcher dans ses pas et à ne pas nous conformer au monde, mais à l'éclairer et lui donner du goût.

     

    Titre original : La chispa de la vida

    Réalisation : Álex de la Iglesia

    Scénario : Randy Feldman

    Acteurs principaux : José Mota, Salma Hayek

    Pays d’origine : Espagne

    Sortie : 2011

    Durée : 95 minutes

    UN JOUR DE CHANCE

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :